Xu Hướng 3/2023 # Comment Trouver Son Identité Profonde ? # Top 9 View | Duhocbluesky.edu.vn

Xu Hướng 3/2023 # Comment Trouver Son Identité Profonde ? # Top 9 View

Bạn đang xem bài viết Comment Trouver Son Identité Profonde ? được cập nhật mới nhất trên website Duhocbluesky.edu.vn. Hy vọng những thông tin mà chúng tôi đã chia sẻ là hữu ích với bạn. Nếu nội dung hay, ý nghĩa bạn hãy chia sẻ với bạn bè của mình và luôn theo dõi, ủng hộ chúng tôi để cập nhật những thông tin mới nhất.

Comment trouver son identité profonde ?

Qui suis-je au plus profond ? Quelle est ma personnalité authentique, la vocation qu’il me faut déployer en ce monde ? Un ouvrage passionnant se met en quête de notre “moi profond” en suivant les traces de grands penseurs et de mystiques.

En tout cas pour Jean-Paul Lannegrace, auteur de “

Et l’auteur de citer le grand poète persan Rûmi, adepte du soufisme : “Il y a une bougie dans ton coeur, Prête à être allumée Il y a un vide dans ton âme, Prêt à être comblé Tu le sens, n’est-ce pas ?”.

Si le “moi profond” était un lieu, ce pourrait être un puits, image de profondeur obscure où il faut descendre pour trouver l’eau vive. A moins qu’on ne le compare à un roc fondateur, solide soubassement de tout notre être. Ou encore au mystère qui émane de certains chúng tôi tout cas pour Jean-Paul Lannegrace, auteur de ” Trouver son identité profonde ” (éd. Salvator), il y a bien en chaque être un centre authentique, coeur de la personne, un “moi profond” à faire émerger, comme un diamant à faire resplendir. C’est bien cette identité profonde – souvent ignorée ou négligée – qui provoquerait en nous tant d’états d’âme. Impression de ne pas “être à sa place”. De ne pas vivre sa vie. Soif d’un ailleurs ou d’un “autre chose”.Et l’auteur de citer le grand poète persan Rûmi, adepte du soufisme :”Il y a une bougie dans ton coeur,Prête à être alluméeIl y a un vide dans ton âme,Prêt à être combléTu le sens, n’est-ce pas ?”.

Une personne humaine qui est à la fois corps, coeur et âme

C’est un des charmes de cet ouvrage ancré dans la philosophie d’éclairer son propos de très belles citations empruntées aux poètes ou à de grands maîtres de la spiritualité. Leur point commun ? Tous ont une conception de l’homme ouverte à la transcendance.

Dès l’introduction, Jean-Paul Lannegrace affiche son postulat métaphysique, sa vision philosophique : l’homme n’est, selon lui, pas limité à son corps et à son psychisme, mais il a aussi une âme qui lui permet d’accéder au monde spirituel. Il est une “personne” unique – en référence à la philosophie “personnaliste” – composée d’un corps, d’un psychisme et d’une âme, trois réalités d’ordre différent mais interconnectées pour former l’unité de la personne.

Alors, ce “moi profond”, quel est-il et où se situe-t-il ? Il est bien une manifestation de l’âme mais il s’exprime aussi dans le psychisme, la vie affective, la volonté, la liberté… et peut même affleurer dans les gestes et les expressions de la personne. Ce “moi profond” dit notre unicité dans la diversité des zones de notre être. Il est un appel permanent au recentrement, au ressourcement, à l’unification.

Comment se manifeste notre “moi profond” ?

Avançons dans la quête philosophique de Jean-Paul Lannegrace. Notre “moi profond”, nous explique-t-il, est à la fois “le foyer de l’authenticité, l’initiateur de notre vocation personnelle“, cette “personnalité” que nous cherchons à exprimer. “Il est la source de la dynamique de l’accomplissement de soi et du dépassement de soi pour “la tâche de la vie””.

Mais il est aussi “le centre du coeur“, c’est-à-dire le lieu des sentiments les plus profonds et des attachements, d’abord aux êtres mais aussi aux choses et aux idées. En lui réside donc la source des choix importants, “la source du courage de faire face”, dit Jean-Paul Lannegrace. “Le moi profond fonde notre dignité et notre liberté par rapport au monde”.

Enfin, le “moi profond” est le lieu secret de la présence cachée de la divinité, lieu où Dieu transmet sa vie, sa joie, sa paix et où l’homme peut se mettre à son écoute, par exemple en faisant l’expérience de la prière.

Se trouver dans la rencontre de l’autre

Sans doute vous attendez-vous à recevoir de précieux conseils de méditation ou de développement personnel… Mais pas vraiment. Car pour la philosophie personnaliste, la personne n’est pas limitée à son “ego”. Certes, chacun de nous se perçoit séparé des autres, dans une apparente solitude. Mais si “l’ego est nécessaire, il n’est pas suffisant pour vivre”, cite Jean-Paul Lannegrace. Un peu plus loin, il va même jusqu’à dire : “l’ego et le moi profond s’excluent l’un l’autre”.

C’est que la personne est à la fois séparée d’avec autrui mais aussi “relation”. Elle est “dialogale”, selon l’expression du philosophe Paul Ricoeur : elle se construit et se reçoit dans le dialogue avec autrui. Comme le petit enfant qui accède à la conscience de soi dans le regard et les bras de sa mère, nous nous recevons mutuellement les uns les autres.

“La personne, écrit Jean-Paul Lannegrace, se développe toujours par des relations, qu’elle soient relations au monde, aux autres, à Dieu ou à soi-même, et ces relations sont interdépendantes.”

Du désir d’être soi au désir d’être plus au monde

Parfois, nos désirs d’authenticité se réveillent. Vous cherchez votre identité profonde ? votre vraie vocation ? Relisez votre histoire et vos expériences à la lumière de votre relation aux autres et au monde. Ne portez-vous pas d’ailleurs le désir d’être utile à la société et de donner ainsi un sens à votre vie ?

“Ne plus me demander ce que j’attends de la vie, mais ce que la vie attend de moi.”

“La recherche de sa vocation lie le désir d’être soi-même à celui de trouver sa place, son utilité pour la société. Le désir de vivre une vie qui soit plus “la sienne” se confond avec le désir d’être plus au monde, le désir d’incarnation” (Trouver son identité profonde, p. 39).

Au final, “le sens de notre vie est dans sa fécondité pour les autres“, affirme l’auteur qui illustre son propos par l’expérience du psychiatre

Dès lors, l’auteur nous met en garde contre l’individualisme contemporain qui flatte l’ego et conduit à la “centration sur soi”. Gare aussi aux “identités illusoires” que nous nous donnons ! Sur l’écran de notre vie, elles projettent des “images de soi” qui alimentent le narcissisme – l’amour de soi – mais nous laissent au final vides et insatisfaits.Parfois, nos désirs d’authenticité se réveillent. Vous cherchez votre identité profonde ? votre vraie vocation ? Relisez votre histoire et vos expériences à la lumière de votre relation aux autres et au monde. Ne portez-vous pas d’ailleurs le désir d’être utile à la société et de donner ainsi un sens à votre vie ?. Le désir de vivre une vie qui soit plus “la sienne” se confond avec le désir d’être plus au monde, le désir d’incarnation” (Trouver son identité profonde, p. 39).Au final, “”, affirme l’auteur qui illustre son propos par l’expérience du psychiatre Viktor Frankl , déporté en camp de concentration. De retour des camps, Frankl prend cette décision : “Ne plus me demander ce que j’attends de la vie, mais ce que la vie attend de moi.”

Ecouter sa conscience pour trouver son “moi profond”

Autre piste pour trouver son identité profonde, écouter sa conscience. “Le sujet qui agit contre sa conscience morale s’exile de son moi profond”, écrit Jean-Paul Lannegrace. Pour lui, le “cri éthique” face au Mal sort du moi profond.

Vous avez des remords, vous n’êtes pas à l’aise face à certaines pratiques, vous étouffez sans cesse une petite voix qui vous dit de ne pas poursuivre… Et si vous écoutiez en vous ce gémissement, ce questionnement, même si cela fait mal, même si c’est inconfortable ? “Je portais le fardeau de mon âme ensanglantée”, livre saint Augustin dans ses Confessions.

En réalité, “cette voix de la conscience morale est triple, nous dit Jean-Paul Lannegrace : elle est irrécusablement et inséparablement ma voix et à ce titre émane du moi le plus authentique ; elle est impératif catégorique et à ce titre émane de Dieu ; enfin, elle défend à l’intérieur de moi le droit d’autrui, ce que permet l’ouverture à l’universel du moi profond”. Où l’on retrouve une personne autonome mais profondément reliée à Dieu et aux autres.

S’ouvrir à la présence de Dieu pour se trouver

Enfin, parce qu’il reçoit son être de Dieu, dans la philosophie défendue par l’auteur, l’homme se trouve réellement dans la rencontre de celui qui est son créateur. Jean-Paul Lannegrace laisse alors la parole à de nombreux mystiques – chrétiens car il est de religion chrétienne – mais aussi juifs ou parfois musulmans, qui livrent leur expérience.

Ainsi Etty Hillesum, jeune femme juive hollandaise morte en 1943 au camp de concentration d’Auschwitz, écrit dans son journal  : “Un puits très profond est en moi. Et Dieu est dans ce puits. Parfois, j’arrive à le rejoindre, le plus souvent la pierre et le sable le recouvrent : alors Dieu est enterré. Il faut à nouveau le déterrer” (Journal, 97). Malgré les épreuves extérieures, elle trouve une paix surnaturelle dans cette intimité spirituelle et vit ses derniers jours dans l’attention continuelle aux autres.

Augustin (354-430), grand saint du christianisme antique, évoque sa conversion tardive en ces mots : “Tard je vous ai aimée, Beauté si ancienne et si nouvelle, tard je vous ai aimée. C’est que vous étiez au-dedans de moi, et moi, j’étais en dehors de moi (…) Vous étiez avec moi et je n’étais pas avec vous (…). Vous avez appelé, vous avez crié, et vous êtes venu à bout de ma surdité (…). Vous m’avez touché et je brûle du désir de votre paix”.

Ou s’ouvrir à l’infini de l’amour ?

Faut-il donc chercher à atteindre les sommets de la spiritualité pour trouver son identité profonde ? Oui et non. A ce stade de sa démonstration, Jean-Paul Lannegrace va rassurer tous ceux qui n’ont pas la foi, ou ne se sont pas encore questionnés.

D’abord, écrit-il “le miracle d’une conversion reste toujours possible : Dieu peut ressusciter des âmes mortes.” Ensuite, “réciproquement, le salut ne nécessite pas la rencontre de Dieu en cette vie.” Il fait référence à un célèbre passage de l’Evangile – le livre des chrétiens retraçant la vie de Jésus-Christ – dans lequel Jésus dit que ceux qui ont servi les pauvres sur cette terre l’ont servi sans le savoir et seront avec Lui dans son royaume (Mathieu 25).

Découvrir son “moi profond” n’est donc pas réservé aux croyants, mais il ressort du livre de Jean-Paul Lannegrace que chacun de nous est porteur d’une unicité ouverte sur l’infini, d’un moi créé par amour et donc appelé à s’épanouir dans le don et l’amour… “Le moi profond est infini par son ouverture illimitée à autrui, son inlassable dépassement de soi et son désir de Dieu”…

Les nombreuses démarches de connaissance de soi et de développement personnel – avec des coachs ou des conseillers d’orientation – sont selon lui légitimes mais doivent bien intégrer toutes les dimensions du moi profond : son accomplissement personnel, sa place dans la société et le sens de sa vie.

Il renvoie à ce sujet aux nombreux ouvrages du moine allemand Anselm Grün (

Le livre de Jean-Paul Lannegrace offre d’abord une réflexion philosophique et spirituelle sur l’existence du “moi profond”. Il laisse ouverte la question des chemins et des méthodes pour se mettre à l’écoute de soi-même.Les nombreuses démarches de connaissance de soi et de développement personnel – avec des coachs ou des conseillers d’orientation – sont selon lui légitimes mais doivent bien intégrer toutes les dimensions du moi profond : son accomplissement personnel, sa place dans la société et le sens de sa chúng tôi renvoie à ce sujet aux nombreux ouvrages du moine allemand Anselm Grün ( Accomplis ce pour quoi tu es fait , ou Ne rate pas ta vie ).

Ils ont dit :

Pour finir, nous vous livrons encore quelques-unes des belles citations de l’ouvrage sur la façon de trouver son identité profonde :

– “Je crois que l’on grandit aussi grâce au regard habité des autres posé sur soi. Certains de ces regards diffusent une clarté particulière, capable d’infuser en soi le désir intense d’être enveloppé par leur sérénité et leur paix intérieure. Michel Cool, écrivain né en 1956 (Conversion au silence. Itinéraire spirituel d’un journaliste, Salvator).

– ‘L’âme a deux yeux : l’un regarde dans le temps, l’autre est tourné vers l’éternité ; l’oeuvre de l’homme est de marcher les deux yeux ouverts, d’unir le temps et l’éternité”. Angelus Silesius (1624-1677), mystique allemand franciscain (Le pèlerin chérubinique, Cerf).

– “Au centre de son âme, l’homme passe par un seuil, là il ne subsiste dans son être que de ce qu’un Autre l’y précède”. Denis Vasse, jésuite et psychanalyste, né en 1934. (L’Autre du désir et le Dieu de la foi, Seuil).

Comment Trouver Votre Être Intérieur ?

Épinglez

Partagez

418

Partages

4.6

(116)

“Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris.” – Anonyme.

Avez-vous déjà pensé à qui vous êtes ? Et ce que cela signifie ?

Je ne parle pas de votre rôle, ou identités sociales. Vous pouvez être un(e) ami(e), un frère/une sœur, un employé(e), un fils/une fille, un mari/une femme, un père/une mère, etc. Parfois tout cela en même temps, mais ce ne sont qu’un aspect de vous-même. Ils ne représentent pas ce que vous êtes fondamentalement à l’intérieur. Votre Être est qui vous êtes vraiment à l’intérieur.

Pour connaître votre Être Intérieur il faut que vous connaissiez votre but, vos valeurs, vos motivations, vos buts et vos croyances. Pas ce qui vous a été dit par les autres, mais ce que vous avez découvert par vous-même. Connaître votre Être Intérieur nécessite un assez haut niveau d’introspection et de conscience.

Si vous êtes clairement conscient(e) d’au moins la moitié de ce qui est cité plus haut, vous avez probablement un haut niveau de conscience. En même temps, le chemin de la découverte n’a pas de fin – c’est le voyage d’une vie.

Vous êtes bien plus que vos identités

Tenter de découvrir votre Être Intérieur peut être ardu. Vous portez de multiples identités dans votre vie. Chacune a socialement son propre lot de valeurs, visions, et attentes définies. Malgré tout, celles-ci peuvent ne pas se conformer à ce que l’image que vous avez de vous-même.

Par exemple, imaginons que vous soyez un(e) employé(e) d’une entreprise automobile, En tant qu’employé, votre mission devrait suivre la mission de l’entreprise, quelle qu’elle soit.

Cependant, vous en tant que personne, avez d’autres rêves et objectifs qui sont différents de ceux de votre employeur. Peut-être que vous aimez vraiment le volley-ball et que c’est votre passion. Votre vision idéale c’est d’être un célèbre joueur de volley-ball puis de devenir ensuite un coach en volley-ball, entraînant des équipes nationales.

Celle-ci est clairement différente de la vision de l’entreprise qui n’attend de vous que votre rôle de simple employé. De la même façon, cela s’applique aussi à vos autres identités. Pour chaque identité, vous avez un lot de buts / valeurs / visions / motivations / objectifs / croyances qui ne sont pas entièrement les mêmes que votre Être Intérieur.

Parce que tout le monde est unique, votre véritable Être ne peut être limité à une seule identité ou étiquette. Aucun de ces rôles en eux-mêmes ne décrivent précisément qui vous êtes.

Une bonne analogie serait une fleur. Votre Être Intérieur est comme le capitule d’une fleur (la partie centrale où les pétales sont rattachées). Vos identités sont un peu comme les pétales autour de votre Être Intérieur.

Alors que les pétales sont des extensions de la tête, ils ne sont pas la tête. De même, vos identités sont des extensions de vous-même, mais ils ne représentent pas qui vous êtes entièrement.

L’importance de renouer avec votre Être Intérieur

Si vous n’avez jamais vraiment réfléchi à votre Être Intérieur, c’est probablement parce que vous vous êtes défini à travers vos identités. Il est fréquent de se voir dans un certain rôle, comme celui d’un ami, un employé, un fils/une fille, etc. Certains passent leur vie à se construire eux-mêmes de telles identités.

Si on les leur retire, ils se retrouvent complètement perdus, parce qu’ils n’ont que très peu conscience de qui ils sont à l’intérieur. Ces personnes ne sont pas capables d’articuler leurs propres visions, buts et rêves au-delà de ce qu’il leur a été imposé via leurs identités.

Par exemple, quelqu’un qui s’est attaché à son identité de fils vivra toute son existence comme un fils. Il agira conformément à ce qu’il y a de mieux pour ses parents. Il passera beaucoup de temps avec ses parents, fera des choses pour ses parents, négligeant tout autre chose dans sa vie s’il doit les rendre heureux.

Et lorsqu’il doit prendre d’importantes décisions, telles que le choix d’une carrière ou d’un mari/une femme, il doit s’assurer d’avoir l’accord de ses parents avant d’agir. Ses parents sont au centre de sa vie.

Cependant, son Être Intérieur est bien plus grand que sa seule identité de fils de ses parents. Si ses parents disparaissaient de sa vie, il serait complètement perdu. Sa vie basculerait et partirait à la dérive puisque l’ancre qu’il s’est construite toute sa vie n’existerait plus.

C’est comme si le capitule d’un tournesol disparaissait, toutes les pétales s’éparpilleraient au gré du vent puisqu’il n’y a plus rien pour les maintenir ensemble. Lorsque vous êtes trop attaché à l’une de vos identités, vous courrez le risque d’avoir une crise d’identité lorsque celle-ci disparaît.

C’est pourquoi il est important de trouver votre Être Intérieur. Vous êtes propriétaire de votre vie et vous vivez votre vie pour vous-même. Cette vie est définie par vous, et non pas par vos rôles ou identités. Si vous n’êtes pas connecté à qui vous êtes véritablement, vous vivrez une vie dictée par les autres. Poursuivant les buts des autres, vivant à la hauteur de leurs attentes et projections, plutôt que de vivre comme vous le souhaitez vraiment.

Connaître votre Être Intérieur est la première étape pour vivre une vie en toute conscience et selon vos désirs et décisions.

De la connaissance de votre Être Intérieur provient la Conscience de Soi

Si vous n’avez pas une vision claire sur ce qu’est votre Être Intérieur, il est quand même probable que certains aspects de votre Être Intérieur soient déjà apparents dans votre vie quotidienne, selon la façon dont vous gérez vos identités.

Par exemple, si vous vous vantez souvent d’être responsable envers vos parents, la responsabilité est probablement l’une de vos valeurs intérieures. Si vous vous sentez un besoin impérieux d’être toujours là pour vos amis, la fiabilité est sûrement une valeur importante pour vous.

Il est parfaitement normal de ne pas connaître son Être Intérieur. Le découvrir et l’élucider est l’affaire d’une vie. Par exemple, lorsque j’avais 10 ans je n’avais pas autant conscience de moi que maintenant. Lorsque j’étais en primaire et au collège, je ne savais pas qui j’étais ni ce que je serais. Je pense que n’importe qui à cet âge est dans ce même cas. Tout le monde à cet âge ne faisait que ce qu’on lui disait de faire, que ce soit les parents, l’école, la société..

À cet âge il était difficile de faire preuve d’introspection, ni même de conscience de soi. C’était le brouillard total. Alors que nous commencions à construire nos propres personnalités, elles n’étaient au mieux qu’un amas de désirs et de rêves.

La raison principale pour laquelle nous avions une conscience de soi aussi faible à ce moment-là, est due au fait que la conformité est très appréciée dans les écoles (voire même dans la société d’ailleurs). Être critique ou avoir une opinion est considéré comme un acte de rébellion.

Nos tâches étaient généralement de traiter et d’exécuter des instructions, et non à remettre en question ou choisir. Si vous aviez des pensées différentes, vous étiez généralement mal vu et remis vertement sur le droit chemin.

C’est pourquoi nous ne pensions jamais vraiment comme nous le voulions. Nous étions plus des robots qui appliquaient bêtement ce qu’on leur apprenait, ou plutôt des somnambules comme j’y fais souvent référence ici.

Lors que je suis entré au lycée et d’autant plus à l’université, ma conscience de soi a grandi. Cela est venu grâce à la liberté croissante dont on disposait, comme par exemple choisir certains cours ou cursus.

Cela me poussait alors à prendre des décisions et donc déclenchait une plus intense réflexion vis à vis de ce que je voulais faire sur le moment et pour l’avenir. Bien sûr, beaucoup d’activités que je faisais à côté m’ont aidé à me développer de différentes façons – par exemple l’une de mes passions est le web design, j’étais déjà le webmestre d’un certain nombre de sites avant celui-ci. Je prenais aussi part à diverses activités extra-scolaires, etc.

Ces dernières années j’ai pu trouver ma vocation et appris ainsi à mieux me connaître. Chaque jour est une occasion d’apprendre qui je suis et où je vais. Plus j’en découvre sur moi-même, et plus je suis capable de vivre de manière consciente.

Qui se cache vraiment derrière vos identités ?

Faisons un exercice pour découvrir votre Être intérieur.

Commencez par enlever mentalement toutes ces différentes identités que vous avez accumulées depuis le début de votre vie. Cela signifie d’arrêter de vous considérer comme un frère, un collègue, ami, ou quelle que soit l’identité avec laquelle vous avez l’habitude de vous associer. Pensez juste à être vous-même.

À l’aide d’un papier et d’un stylo, écrivez tout ce qui vous vient à l’esprit lorsque vous lisez les questions ci-dessous:

Quel est mon but dans la vie ? Quel but je pense que la vie doit avoir ?

Quelles sont mes perspectives d’avenir pour moi-même, indépendamment de toute autre personne ?

Quels objectifs et rêves ai-je pour moi-même pour l’année, les 3 ans, 5 ans ou même 10 ans à venir ?

Quels sont MES motivations dans la vie ? Qu’est-ce qui me pousse à avancer, jour après jour ? Pour quoi je me bats jour après jour ? Qu’est-ce qui me passionne ?

Quelles sont mes valeurs ? Quelles sont les qualités qui sont importantes pour moi ?

Quelles sont mes croyances vis-à-vis du monde qui m’entoure ? Quels sont mes points de vue sur le monde ?

Si c’est la première fois que vous faites un tel exercice, vous allez probablement trouver cela difficile. Certaines de vos réponses peuvent provenir de vos identités sociales.

Si vous êtes par exemple très centré sur la famille, vous pouvez constater que vos réponses sont complètement centrées sur le fait de prendre soin de votre famille. Ça ne pose aucun problème d’avoir de telles réponses, mais ça ne devrait pas être la seule chose évoquée.

Commencez par penser au-delà de votre famille. Quelles sont vos perspectives pour vous-même, en dehors de votre famille ? Quelles sont vos motivations personnelles dans la vie ?

Ne vous inquiétez pas si vous avez du mal à trouver des choses. Même si vous avez l’impression d’écrire sur une page blanche, il y a un véritable VOUS qui sommeille derrière toutes ces identités sociales, attendant d’être découvert.

Voici quelques étapes qui me semblent très utiles pour découvrir cet Être Intérieur :

Apprendre et évoluer constamment, dans tous les domaines.

Me plonger dans de nouvelles situations, et sortir de ma zone de confort pour en apprendre plus sur moi.

S’introspecter constamment.

Chercher au-delà de ce que l’on me propose ou me dit, pour découvrir ce que je veux vraiment pour moi.

Ecouter mon instinct lorsqu’il s’exprime.

En faisant cet exercice, vous avez déjà déclenché le processus de recherche. Peu importe à quel point votre Être Intérieur est profondément enraciné en vous à l’heure actuelle, cette recherche s’étendra, lentement mais sûrement, pour remuer les profondeurs de votre âme.

Vous allez commencer à devenir plus conscient de vos pensées et actions. Bientôt, vous serez à même de vous faire une impression de qui vous êtes vraiment à l’intérieur. Finalement vous arriverez au stade où vous saurez clairement qui vous êtes en tant que personne.

Au fur et à mesure que vous découvrez votre Être Intérieur, vous trouverez probablement que vos identités ne collent pas avec votre Être Intérieur. Il y a un conflit entre qui vous êtes vraiment, et les attentes que l’on pose sur vos épaules. Si c’est le cas, tout va bien. C’est la première étape pour découvrir qui vous êtes.

La prochaine étape est de vivre en alignement avec votre Être Intérieur, du mieux que vous le pouvez, selon la situation. En même temps, commencez à réaliser des plans à long terme pour vivre complètement aligné avec votre Être Intérieur.

Par exemple, quelqu’un qui travaillerait en tant qu’employé d’un service marketing de produits de beauté, signifie qu’il doit être doué pour créer des stratégies marketing nouvelles pour pousser les consommateurs à acheter. Mais comme, selon moi, l’industrie de la beauté agit sur un très bas niveau de conscience (au niveau du désir, la peur de ne pas être attirant(e)), cette identité n’est donc pas alignée avec l’Être Intérieur (haut niveau de conscience) en chacun de nous.

Il y a clairement un conflit entre le rôle d’employé et l’Être Intérieur. On peut bien sûr, se rendormir et faire comme si cette gêne n’existait pas ou bien choisir une autre voie.

Bien entendu, démissionner n’est parfois pas une option. Ainsi, le mieux que la personne puisse faire c’est d’essayer de vivre aussi aligné que possible avec son Être Intérieur, et planifier à long terme une manière de poursuivre ce qui la passionne.

Bien qu’il soit difficile de changer la nature du travail réalisé, cette personne pourrait – par exemple – établir de solides relations avec ses collègues. Cela permettrait à eux aussi d’élever leur conscience, en discutant de ce qui les passionne, jusqu’à ce qu’une opportunité apparaisse et lui permette de changer de travail pour poursuivre ses rêves.

Chaque action que vous faites devrait être en accord avec votre Être Intérieur. S’il y a des identités qui ne s’adaptent pas avec la représentation de votre Être Intérieur, il y a deux options qui s’offrent à vous.

Premièrement, essayez de trouver un point commun entre ces identités et votre Être Intérieur. Cela peut impliquer de modifier ces identités pour mieux s’accorder avec qui vous êtes véritablement. De dire “je ne suis pas un employé de X, je suis employé par X pour telle et telle tâche.” Ce simple changement de termes est important, vous n’êtes plus une possession de l’entreprise mais vous dispensez des services à cette entreprise.

Si cela ne fonctionne pas du tout, l’autre (plus drastique) option serait de de supprimer ou de changer complètement l’identité. C’est-à-dire, par exemple de quitter l’identité d’employé pour se mettre à son compte, ou bien couper toute relation avec vos amis qui vous tirent vers le bas.

Tout cela vous permettra de grandir en tant que personne, et devenir plus accompli dans votre vie. Toutes vos identités doivent graviter autour de votre Être Intérieur et être alignée dessus. Et cela ne peut se produire qu’à travers un effort conscient, en modifiant peu à peu vos identités jusqu’à former un tout cohérent.

Concentrez-vous sur la recherche de votre Être Intérieur, puis vivez progressivement en alignement avec celui-ci. C’est ainsi que vous commencerez à vivre une vie enrichissante et consciente !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager avec votre entourage 🙂 !

Quand L’Âme Prend La Parole : Comment Écouter Son Âme ?

Annonce

Image crédit : shutterstock

De Muriel Morandi

Chacun vit sa vie et se croit seul et isolé du monde et de ses semblables, soumis aux aléas d’un destin dont la trame lui échappe.

Nous sommes pourtant reliées à l’univers et aux forces spirituelles qui nous guident par un élément subtil qui s’appelle l’âme.

La méthode de la lecture d’âme permet d’accéder aux tréfonds de notre être et d’avoir accès à un enseignement global et universel.

Je suis liseuse d’âme depuis plus de 12 ans et je voudrais vous partager quelques enseignements de ma relation intime avec les âmes. Après avoir lu plus d’un millier d’âmes, je peux juste vous dire que tout comme le vent ne souffle jamais de la même manière, jamais je n’ai lu deux fois la même histoire. On ne peut pas imaginer le potentiel d’informations, de dons, de talents que les âmes que j’ai lues m’ont transmises au travers de mon canal lors de mes voyages astraux dans lesquels je découvre, à chaque lecture d’âme ” une autre vie dans la vie “.

Le livre de l’âme contient tous les actes et tous les espoirs de chacun. Tout y est inscrit, absolument tout. Lorsque je lis une âme, je vois les images, les lieux, les êtres de lumière, les défunts, je ressens les vibrations, les sensations, les émotions et surtout je transmets les paroles de l’âme qui sont les mots de votre cœur que vous avez besoin d’entendre.

Au moment où j’entre dans le plan de l’âme, mon esprit se sépare de mon corps et se matérialise sur d’autres plans. Lorsque je connecte l’âme, elle me communique tout ce qui concerne la personne ; les liens avec des anciennes vies, les karmas, les dettes, les contrats, les blocages, les opportunités, les solutions qui n’ont pas été envisagées, les dons, les talents, le plan sentimental, familial, chúng tôi ce qui concerne l’instant présent. Car l’instant présent est l’unique instant qui existe dans l’ici et maintenant. Et c’est à cet instant précis que tout peut se régler.

L’ici et maintenant est une occasion unique pour l’âme d’entrer en contact avec votre être. Parce que l’âme possède toutes les connaissances de vos parcours de vies, elle sait que ” le passé, le présent et le futur ” se déroulent en un seul et unique instant. Tant que vous ne pouvez pas identifier les leçons du passé, vous les vivez au présent et les reprogrammez au futur.

L’âme souhaite se décharger des bagages inutiles que l’être terrestre continue de porter, les fardeaux, les traumatismes, les fausses croyances, les liens néfastes…tout ce qui l’êmpêche de se libérer.

L’âme est la magie divine, parce que l’âme agit, contrairement au mental qui est limité et souvent enfermé entre quatre murs, l’âme a un potentiel illimité et inépuisable. L’âme met en lumière vos ressources infinies.

Donc, si vous voulez que votre vie se transforme, commencez à écouter les paroles de votre âme.

Annonce

Pourquoi écouter notre âme ?

Notre âme sait exactement qui nous sommes, elle nous connait mieux que personne. Car elle a vécu toutes les expériences terrestres et elle est notre meilleur guide.

L’âme parle à notre cœur, vibre dans notre être sans cesse, mais souvent nous ne l’écoutons pas ou nous ne la ressentons pas. Pourtant, on ne peut nier son existence, étant donné nos états d’âmes qui nous rappellent que nous sommes animés par quelque chose de plus fort que tout. Nous vivons tous des états d’âme profonds dans lesquels on se plonge souvent afin de ressentir en nous la sensation d’être vivant. Car l’âme est en lien avec nous, elle ressent et vit en nous. Elle est la lumière qui éclaire notre vie et c’est pour cette raison que nous ne devons pas laisser cette lumière s’éteindre en nous.

Le jour où le flux de l’âme suffira à éveiller notre être, le véritable enseignement viendra de la source. Notre vie terrestre n’est qu’une longue expérience pour aider notre âme à évoluer et à grandir.

L’âme, c’est aussi la petite graine qui germe en nous afin de devenir un plus grand soi. En quelque sorte on devient se dont on se nourrit ; la peur comme l’amour. Pour écouter son âme, il suffit d’être à l’écoute de ce qui résonne en soi dans l’amour, tout le reste n’est qu’un état de conscience inférieur. Le contact avec notre âme nous relie naturellement à la source, et à ce moment, nous savons qui nous sommes en ressentons la paix intérieure.

Le but de l’âme est de tranquilliser notre esprit et d’ouvrir notre conscience afin qu’elle puisse réactiver la source qui rejoint le processus de notre essence originelle. Entre autre, elle veut nous aider à réaliser notre mission et activer notre plein potentiel de créateur de votre vie. Chaque âme est unique. Plus elle s’élève dans le plus lumineux, plus nous serons appelé à développer notre spiritualité, ce qui signifie que nous allons conscientiser nos états internes, nous détacher des illusions terrestres pour écouter le langage de notre âme qui nous communique le véritable sens de votre vie.

On se découvre dans le miroir des autres, on cherche notre propre reflet de lumière, notre identité divine, notre aura, notre énergie, notre vibration. On passe une vie à faire connaissance avec soi, on ne sait plus vraiment qui on est réellement. Plus on se relie à son âme, plus on peut sentir sa présence, l’écouter, la voir, jusqu’à intégrer son essence dans notre être et apprendre à nous reconnaitre dans l’amour de soi.

Rappelez-vous que vous êtes un être merveilleux, divin et bien plus puissant que vous ne l’imaginez.

Sentez-vous l’appel de votre âme ?

L’appel de l’âme est un élan divin qui nous pousse en avant. On ne peut pas le maitriser, on ressent simplement une pulsion intérieure qui nous demande de mieux nous connaitre, de savoir qui on est réellement pour être en accord avec notre plan de vie.

Si vous sentez l’appel de vote âme, c’est que votre âme désire communiquer avec vous. C’est un peu comme si vous êtes resté longtemps scotché derrière un écran où tournent en boucle les mêmes images…jusqu’au jour où vous voyez la vraie vie. Ce jour-là vous allez sortir et vous asseoir sur un banc, vous allez être réceptif aux moindres détails, aux feuilles d’arbres, aux chants des oiseaux, aux bruits du vent. Vous savourez pleinement cet instant de sérénité, l’âme en paix.

Sentir l’appel de l’âme ne s’enseigne pas, c’est un ressenti profond qui prend l’élan depuis le cœur. Quand on respire l’âme, on respire différemment, car on est inspiré par nos profondeurs. On ressent tout, on vibre, on ressent comme des vagues qui montent en nous et nous bercent dans le mouvement de notre âme. On ondule de l’intérieur, on se sent différent, on ne pense plus de la même manière. On a envie d’aller plus loin, de se laisser emporter par cette sensation de bien-être.

Puis petit à petit, cela devient une évidence, notre âme est bel et bien présente, parce qu’on ressent dans notre corps, notre être, nos pensées, nos émotions, sa présence. Tout devient limpide. On sait ce qu’on veut de nous-même et on reflète notre lumière en sachant nous préserver des influences extérieures négatives. On prend la mesure de tout en ressentant la réponse intérieurement, jusque dans notre chair, notre cœur, notre vibration.

Annonce

Comment te sens-tu ? Questionne l’âme

Si vous vous sentez bien, c’est que c’est bon pour vous. Si vous vous sentez mal, c’est que ce n’est pas bon pour vous. Votre ressenti ne vous trompe pas. Il émet un système d’alarme pour vous avertir de quelque chose, une résonnance vibratoire que votre corps vous transmet. Seulement, la plupart du temps, on ne l’écoute pas, on crée des liens toxiques, on s’entoure des mauvaises personnes, on reproduit les mêmes schémas.

La vie vous servira toujours le même plat, jusqu’à ce que vous preniez conscience de ce dont vous vous nourrissez ; la peur ou l’amour. Tout le reste découle de la peur ou de l’amour. Si vous êtes dans l’amour, vous êtes juste, si vous êtes dans la peur vous alimentez un processus négatif, des expériences, des rencontres, des pertes d’énergies chúng tôi vivez ces étapes inconscientes jusqu’à ce que vos paramètres changent et que vous définissiez vos nouveaux paramètres de vie en lien avec votre âme.

Votre âme vous appelle à éviter les pièges du mental, à ne plus récurer toujours le même sol maintes fois, à croire en vous, à activer tous vos potentiels afin d’être aligné à votre véritable être, vos désirs profonds, vos relations sincères et à vivre un amour authentique avec vous-même et les autres.

Les signes intérieurs que l’âme vous parle

Durant notre parcours de vie, les signes sont les modes de communication de notre âme. Elle nous transmet des signes internes qui nous invitent à décoder son langage. C’est un moyen subtil d’entrer en contact avec notre être intérieur. Les signes intérieurs ne trompent pas, car ils émanent des résonances que nous pouvons tous ressentir.

Vous vous sentez animé par quelque chose d’incontrôlable. Vous avez un besoin de savoir, de comprendre vos mécanismes, vos schémas répétitifs, vos peurs, votre vide intérieur, vos blocages.

Vous désirez aller de l’avant et vous débarrasser de tout ce qui encombre votre vie.

Vous voulez vous sentir libre, heureux/se en osmose totale avec vos désirs profonds.

Vous savez ce que vous ne voulez plus. Vous avez assez vécu les mêmes scénarios dans votre vie pour savoir ce que vous voulez réellement.

Vous tournez le dos à la victimisation, la dépendance affective, la manipulation pour vous mettre face à votre propre reflet dans le miroir.

Vous en avez assez de tourner en rond, de chercher en dehors de vous-même des solutions périmées, de porter les vieux costumes tout rétrécis qui ne vous vont plus.

Vous avez envie de vous occuper de vous, de mieux vous connaitre, de vous amuser, de vivre une vie plus épanouie.

Vous prenez conscience de vos vieilles habitudes, de vos mécanismes de pensées négatives, des fausses croyances comme ; il faut se battre pour réussir, on n’a rien sans rien, je n’ai pas de chance…

Vous avez envie d’inverser la vapeur. Et pourquoi pas moi ? Je veux aussi réussir ma vie, avoir de la chance, la santé, les finances, l’amour…me sentir bien dans ma vie, car vous avez assez pensé aux autres, et vous vous êtes oublié, vous avez tout misé en dehors de vous.

Vous commencez à comprendre que la personne la plus importante dans votre vie, c’est vous ! Parce que si vous vous sentez mal, triste, démuni, impuissant, déprimé, vous ne pouvez prétendre aider les autres.

Si tel est le cas, ce sont des signes que votre âme vous appelle à reconnecter avec elle. Elle désire ardemment vous libérer de tout ce qui vous empêche d’être à l’écoute de vos vérités. Elle vous pousse par son élan créateur à devenir un être authentique afin d’actionner un plan de vie plus lumineux.

Comment reconnaître les mots de l’âme ?

Les mots de l’âme guérissent notre corps et notre esprit. Ils sont les paroles vivantes de nos vérités profondes. Ils peuvent également exprimer nos blessures, nos plaies d’âme qui doivent cicatriser et guérir. L’âme nous invite à apprendre à mieux communiquer dans notre vie pour élever notre être. Car si nous ne savons pas communiquer, on crée des confusions, des conflits, des suppositions, des fausses interprétations…On déforme les mots de l’âme pour parler avec notre mental qui vient nous vendre toutes ses opinions et remplir notre cave affective de choses inutiles !

Nous pouvons facilement reconnaitre les mots de l’âme, parce qu’ils vibrent en nous en symbiose de notre ressenti. Ils nous montrent la vérité en face. Ils sont le tissu divin qui habille notre être, car ils nous offrent une protection extérieure, si nous savons les écouter et les accueillir. Les mots qui blessent ne proviennent pas de l’âme, ils sont issus des mauvaises intentions envers vous-même. Ne vous laissez pas convaincre par des mots qui résonnent faux en vous, soyez vigilants et refusez de coopérer avec les égos surdimensionnés qui veulent vous posséder, vous rabaisser ou vous dévaloriser.

Annonce

Les mots de l’âme qui nous font tant de bien

Ils nous offrent les clefs d’une communication authentique.

Ils sont le flux de sincérité, de bienveillance et d’amour.

Ils sont le reflet d’une relation intime avec nous-même et les autres. Une amitié sincère, honnête et intègre.

Ils ne mentent pas, ils sont vérité.

Ils ne tentent pas de nous séduire pour nous piéger, au contraire ils nous avertissent du danger de se laisser séduire par les mots.

Ils veulent notre bien, ils nous encouragent, ils croient en nous.

Ils ne doutent pas, ils nous donnent la force d’aller de l’avant.

Ils n’ont pas besoin d’artifices, ils ne déforment pas la réalité.

Ils mettent en lumière notre être, ils nous dévoilent nos dons, nos talents.

Ils pardonnent tout, ils acceptent tout, tout ce qui est.

Ils nous laissent progresser à notre rythme, ils sont patients.

Ils nous guident vers la réussite de notre vie.

Ils ne veulent pas nous rendre à leur image, ils nous laissent être qui nous sommes, tels que nous sommes.

Ils parlent bien de nous, ils ne critiquent pas.

Ils savent qui écouter et ne détournent pas leurs intentions.

Vous savez au fond de vous reconnaitre les mots de l’âme ou de l’égo. Vous pouvez faire la différence quand vous vous sentez, nerveux, tendu, irrité, abusé, frustré, déçu, découragé, incompris…toutes sortes d’émotions négatives qui vous déstabilisent et vous projettent des mauvaises informations et peuvent affecter votre état interne.

Il en va de même pour votre propre langage. Lorsque vous laissez la parole à votre mental, sans avoir pris la mesure de sa conduite auparavant, vous prenez un risque. Car si vous êtes affecté par un besoin, une reconnaissance, un manque, vous allez être parasité et vos mots reflèteront les maux de votre tête, votre corps.

Dites ” Stop ” aux mauvaises paroles, aux mots qui blessent et qui vous font mal. Ne les prenez pas à titre personnel. Ils proviennent d’une zone d’ombre qui n’est pas conscientisée et vous met en lumière la vérité de leurs provenances. Vous avez le droit de les refuser et de les retourner à l’expéditeur.

Retrouvez la joie jusque dans vos cellules, faites jaillir cette joie en vous. Toutes vos cellules sont animées de cette joie qui rebondit dans vos cellules. Laissez-la entrer, laissez-la surpasser tous les barrages en vous, afin qu’elle puisse vous submerger, vous permettre de surfer les vagues de la vie, comme l’enfant qui s’émerveille d’un petit rien.

Le plus beau voyage est celui qui se fait à l’intérieur de soi-même. Je vous souhaite une vie pleine de lumière, dans la certitude que nous nous retrouverons dans un ailleurs plein de belles promesses.

Le livre la lecture d’âme aux éditions JMG Para Science vous apportera un complément sur la lecture d’âme, la grande famille d’âmes (les âmes sœurs, âmes jumelles, âmes universelles) les états d’âmes, les cadeaux de l’âme à notre naissance, les liens d’âmes, nos choix d’âmes… pour vous amener une compréhension globale et universelle.

Le conte mystique ” Petite larme ” est un joli conte initiatique mettant en scène l’amitié d’une larme et d’une étoile qui nous rappelle que la joie et l’amour sont toujours au bout du chemin, même le plus sombre. Un texte inspirant, poétique qui nous offre un enseignement spirituel profond.

Facebook : https://www.facebook.com/medium.divine.ame/

Son site internet : www.murielmorandi.com

Muriel Morandi est née à Fribourg en Suisse. Après une carrière dans le management commercial d’entreprise, Muriel connait une profonde évolution spirituelle qui changea sa vie.

En 1999, elle ouvre un cabinet de développement personnel et se spécialise dans la lecture d’âme en fondant sa propre méthode.

Quelques années plus tard, elle suit une formation de maïeuticienne en psychologie afin de perfectionner ses connaissances.

Auteur du livre ” la lecture d’âme ” en 2016 aux éditions JMG Para Science https://www.amazon.fr/lecture-d%C3%A2me-Muriel-Morandi/dp/2351852303 et du conte spirituel ” Petite larme ” en vente sur Amazon https://www.amazon.fr/Petite-larme-Muriel-Morandi/dp/1544668015 Muriel donne des stages, ateliers, conférences en Suisse et en France.

Livre conseillé cliquez sur l’image pour voir le livre:

Si vous souhaitez plus d’informations, n’hésitez pas à la contacter.

Ici et quelque part

Muriel Morandi

Trouver Quel Métier Est Fait Pour Moi En 2022

Mais rassurez-vous : rien n’est figé ! Même si vous passez par des métiers qui ne vous correspondent pas forcément, il existe toujours des solutions, et chacun peut trouver l’emploi fait pour lui.

1. Apprendre à se connaître pour trouver son futur métier2. Les outils pour choisir son orientation3. Réussir sa reconversion professionnelle

1. Apprendre à se connaître pour trouver son futur métier

La première et la plus importante des choses à prendre en compte pour trouver sa voie c’est faire un bilan sur soi-même. Pour trouver un emploi ” sur-mesure “, il est indispensable de se connaître ou d’apprendre à se connaître. Les conseils qui suivent vous donneront des pistes à exploiter.

1.1 Faire le point1.2 Consulter son entourage1.3 La nécessité de s’ouvrir

1.1 Faire le point

Avant même de commencer les recherches, il est nécessaire que vous preniez le temps de vous recentrer sur vous même pour faire le point. Penser à ses envies, ses goûts, ses centres d’intérêt, ses qualités et ses défauts peut déjà donner quelques pistes.

Il est également important de bien définir son projet professionnel. Pour cela, prenez une feuille de papier et répondez aux questions suivantes :

Est-ce que vous souhaitez travailler en intérieur ou en extérieur ?

Plutôt en équipe ou seul ?

Quels horaires s’accordent le mieux avec votre cadre de vie ? (nuit, week-ends, soirs, matins, horaires de bureau…)

Quel statut vous convient le mieux ? (salarié, freelance, intérimaire, chef d’entreprise…)

Quel est le revenu minimum que vous souhaitez ?

Quel degré de responsabilité souhaitez-vous avoir ?

Avez-vous besoin d’un métier qui a du sens, ou un travail alimentaire vous convient ?

Combien de temps voulez-vous et pouvez-vous consacrer à une formation ?

Plutôt manuel, intellectuel, sportif, … ?

Quels sont vos plus grands défauts, et vos plus grandes qualités ?

En répondant à ces questions, des idées de secteur d’activité ou même de professions peuvent se dégager et permettre d’y voir un peu plus clair. Évidemment, il est indispensable de faire ce sondage intérieur en étant honnête à 100 %. Mentir sur ses capacités (en les diminuant ou en les exagérant), sur ses envies ou sur ses traits de personnalité ne fait que fausser les résultats, et vous handicape dans votre recherche.

En revanche, ne pas rester buter sur ses critères et savoir faire des compromis est nécessaire. Par exemple, si vous trouvez un métier qui vous plaît vraiment (horaires, formation, envies, capacités…), mais que vous estimez que les salaires dans cette profession sont trop bas, vous pouvez choisir de tirer un trait sur ce métier et chercher autre chose. Au contraire, vous pouvez revoir vos exigences de rémunération à la baisse s’il y a de bonnes possibilités d’évolution, ou si ce travail a du sens et vous permet de vous épanouir.

Dans la plupart des cas, il faut accepter de faire certaines concessions, ou réfléchir à celles que l’on est capable de faire. Cela ne veut pas dire que le métier idéal n’existe pas, simplement qu’il y aura toujours du bon et du moins bon, et que c’est à chacun de déterminer ce qu’il accepte ou non.

1.2. Consulter son entourage

Il est parfois difficile d’avoir du recul sur soi. Pour apprendre à se connaître, il peut être intéressant de demander à votre entourage la perception qu’il a de vous. Le sondage que l’on fait pour soi fonctionne également avec ses proches. Les questions seront tournées différemment mais les réponses pourront permettre de se remettre en question et d’envisager la question sous un nouvel angle.

Cependant, l’entourage, même proche, ne vous connaîtra jamais aussi bien que vous-même. Son avis est donc intéressant, mais il ne faut pas faire une fixation dessus.

Il est également indispensable de demander conseil à des personnes qui sont qualifiés pour vous aider. Si vous souhaitez devenir webmaster et que vous demandez l’avis de vos parents qui n’y connaissent rien à internet, ils vous répondront probablement que c’est impossible de gagner sa vie de cette façon, tout simplement parce qu’ils n’ont pas les connaissances nécessaires.

1.3 La nécessité de s’ouvrir

En recherche d’emploi ou de formation, il est important de s’ouvrir à un maximum d’options. Soyeux curieux et n’hésitez pas à multiplier les nouvelles expériences (pas forcément professionnelles). Cela permet de se découvrir sous un nouvel angle mais également d’acquérir ou de développer certaines capacités.

Ces expériences peuvent être très diverses : voyage, sport, activité artistique, rencontres de nouvelles personnes, sortie culturelle, etc. Sans pour autant en faire son métier, toutes les expériences vécues influencent vos décisions, goûts et envies.

Chacune d’entre elles, font évoluer votre personne et vous permettent de vous ouvrir à d’autres domaines auxquels vous n’aurait pas forcément pensé au premier abord.

Il existe des tas de manières différentes pour apprendre vous connaître et développer vos capacités. Certaines fonctionnent plus que d’autres en fonction des individus, mais elles vous permettront de trouver votre voie avec plus de facilité et plus rapidement.

2. Les outils pour choisir son orientation

2.1 Pôle Emploi2.2 Les Missions Locales2.3 Les Centres d’Information et d’Orientation (CIO)2.4 Les événements2.5 Internet

Nombreux sont les outils qui peuvent vous aider à trouver un métier, votre voie ou une formation. Ils peuvent se présenter sous plusieurs formes. Il existe des organismes, des plate-formes, des sites internet, des forums, des salons, des documentaires, etc.

En fonction de votre situation, certains seront plus utiles que d’autres, et c’est à chacun de se faire son propre avis sur la question. Bien entendu, ce n’est pas une liste exhaustive, il existe énormément de sources d’informations très diverses mais les principales sont présentes.

2.1 Pôle Emploi

Tout le monde a déjà entendu parler de Pôle Emploi, l’organisme spécialisé dans la recherche d’emploi.

Pôle Emploi est donc un organisme de l’État, son rôle est de vous permettre d’accéder à des services de recherche d’emploi et de vous verser des allocations chômage.

Lorsque l’on s’inscrit en tant que demandeur d’emploi, un rendez-vous avec un conseiller est programmé. Lors de ce rendez-vous, le conseiller fait le point sur votre situation : expériences professionnelles, CV, attentes…

En fonction, de certains critères, des droits aux chômage (allocations) vous sont versés. Le conseiller peut aussi vous présenter des options pour vous aider dans votre projet. Il peut s’agir de postes, de formations, d’événements, d’ateliers…

En effet, Pôle Emploi peut financer un bon nombre de formations, de manière totale ou partielle.

Quoi qu’il en soit, le rôle d’un conseiller Pôle Emploi est de vous aider dans votre recherche d’emploi, dans votre recherche de formation ou de reconversion professionnelle. Il peut vous aiguiller vers les services qui vous accompagneront au mieux dans votre vie professionnelle.

La théorie est belle, mais la réalité est toute autre…

Pôle Emploi est un organisme très mal organisé, les conseillers sont débordés de travail, et n’ont malheureusement pas assez de moyens pour vous aider réellement!

Il est indispensable de préparer soi-même son projet professionnel, votre inscription à Pôle Emploi étant uniquement utile pour 2 choses :

toucher des allocations, pour assurer ses besoins quotidiens le temps de retrouver un emploi,

se faire financer des formations.

2.2 Les Missions Locales

Les Missions Locales sont des organismes qui ont pour mission l’insertion professionnelle des jeunes âgés de 16 à 25 ans en les aidant à créer un parcours professionnel et les insérer au mieux dans la vie active.

Pour cela, les Missions Locales sont en partenariat avec Pôle Emploi, et propose des formations, des ateliers de recherche d’emploi et peut permettre aux jeunes de percevoir des aides financières en fonction de leur situation.

2.3 Les Centres d’Information et d’Orientation (CIO)

Les CIO (Centres d’Information et d’Orientation) sont des structures dédiées à l’orientation. Il est possible d’y consulter de nombreuses ressources, d’avoir accès à des informations sur les métiers et les formations, et de consulter un Conseiller d’Orientation Psychologue (COP).

Au cours d’un rendez-vous avec un COP, le conseiller essaye de comprendre les attentes de la personne, l’aide à construire son projet professionnel et lui explique les démarches à suivre pour arriver à son but.

Lorsque le projet professionnel n’est pas très précis, le conseiller peut faire passer des tests d’orientation ou de personnalité, qui peuvent aider la personne à trouver sa voie. Il interprétera ensuite les résultats afin de donner une liste des domaines ou des métiers qui pourraient lui convenir.

Le conseiller peut présenter des ressources comme des livres, des sites internet, etc. Celles-ci permettent d’obtenir des informations sur les métiers ou les formations susceptibles de convenir à la personne.

2.4 Les événements

Les forums, les salons et les journées portes ouvertes peuvent également être un bon moyen de découvrir des métiers ou des formations quand on ne sait pas quel métier faire.

Ces événements se déroulent souvent sur un ou plusieurs jours, et réunissent des professionnels, des étudiants ou des enseignants dans le but qu’ils puissent fournir des informations sur leur domaine et faire part de leur expérience.

L’avantage de ces manifestations est de vous permettre un contact direct avec des professionnels, d’autres étudiants. Cela peut vous donner des idées de métiers, des informations sur la formation, le rythme, les examens, etc. pour avoir un meilleur aperçu de la réalité.

2.5 Internet

Enfin, Internet est une réelle mine d’or pour faire la chasse aux informations. Bien entendu, il faut savoir s’en servir et faire le tri car il existe également beaucoup de fausses informations. Beaucoup de sites sont néanmoins très compétents et vous renseignent sur les métiers et les formations.

Sur notre site Trouvez un métier, vous avez accès à des descriptions réalistes et détaillées de nombreux métiers. Les fiches métiers comportent trois grandes catégories divisées en plusieurs sous-parties qui vous aideront à savoir quel métier choisir.

La première catégorie concerne l’activité générale d’un professionnel, les tâches qu’il accompli au quotidien et ses conditions de travail. La seconde partie parle des salaires, des débouchés et des possibilités d’évolution de carrière. Enfin, la troisième partie est consacrée à la formation : elle explique l’accès au métier, les différents cursus, les examens, diplômes et formalités nécessaires pour exercer un métier.

Ces fiches sont très détaillées et se basent sur des sources fiables. De plus, nous faisons notre possible pour faire des mises à jour régulières pour maintenir les informations à jour.

Grâce à la section ” Synonymes, métiers associés ” située en début de fiche, si vous n’êtes pas totalement convaincu par le métier dont vous avez consulté la fiche, vous aurez des idées d’autres fiches métiers à consulter.

Vous pouvez également vous rendre sur la liste des métiers par ordre alphabétique pour trouver des idées de métiers qui vous convienne mieux.

Quoi qu’il en soit, si vous avez une idée de domaine ou de métier dans lequel vous souhaitez travailler, Trouver Un Métier vous permettra d’obtenir toutes les informations dont vous aurez besoin.

3. Réussir sa reconversion professionnelle

Un reconversion professionnelle peut être difficile à aborder et à traverser. Chacun à ses propres raisons pour vouloir changer d’orientation professionnelle, et il est important de garder en tête que le monde mais aussi nos envies évoluent, et qu’il est nécessaire de s’adapter au cours de sa vie. Il est donc tout à fait normal de souhaiter changer de profession.

Lorsque l’on souhaite réellement s’orienter vers une nouvelle activité professionnelle, sans pour autant avoir une idée très précise de ce que l’on souhaite, cela peut inquiéter l’entourage. Bien sûr ce n’est pas malveillant mais cela peut-être décourageant, il faut donc faire attention à ne pas trop se laisser impacter dans ses choix et ses décisions. Après tout, ce n’est que passager.

Pour réussir sa reconversion professionnelle, la même introspection (que pour trouver un premier emploi) sera nécessaire et les mêmes outils seront à disposition.

L’avantage pour une personne que se reconvertit, c’est qu’elle a déjà l’expérience du monde du travail, elle se connaît donc professionnellement. Elle peut mieux définir ses envies, ses capacités, mais aussi les points faibles et les défauts qu’elle doit améliorer.

Il est possible d’aborder sa reconversion de deux manières : la préparer en continuant à travailler, ou bien en étant sans emploi. Chacune présente des avantages et des inconvénients. Là encore, chaque individu choisira ce qui lui conviendra le mieux.

Le problème majeur quand il s’agit de changer de métier c’est de retourner se former. Les études peuvent prendre beaucoup de temps et sont donc difficilement compatibles avec un travail à plein temps. Et même lorsque l’on est au chômage, où l’on touche environ 60 % de son précédent salaire, ne pas avoir de revenus suffisants peut être un problème.

Heureusement, il existe des solutions !

3.1 Formations à Distance3.2 Formations en Alternance3.3 Validation des Acquis de l’Expérience

3.1 Formations à Distance

Tout d’abord, pour ceux qui continuent à travailler, mais qui souhaitent changer de voie, il existe de plus en plus de formations à distance. La plate-forme la plus connue dans le domaine reste sans doute le CNED (Centre National d’Enseignement à Distance), mais beaucoup d’autres se développent.

Ces formations sont souvent accessibles financièrement, et certaines peuvent même être remboursées en partie ou intégralement par Pôle Emploi ou lorsqu’il s’agit d’une formation professionnelle, il est possible d’utiliser son CPF (Compte Personnel de Formation). Il est donc intéressant de se renseigner avant de s’inscrire.

Les formations à distance sont utiles pour les personnes qui souhaitent apprendre seules et à leur rythme. La plupart sont d’ailleurs adaptées à un public de travailleurs.

Attention cependant à bien se renseigner sur la formation avant de s’inscrire. Il est impératif de vérifier ce que cette formation peut vous apporter en fonction de vos besoins. Cela peut être une préparation dans le but de passer un concours ou une réelle formation qualifiante avec un diplôme à la clé par exemple.

Pour ceux qui ont déjà quitté leur poste, les formations à distance peuvent également convenir. En revanche, même si certaines d’entre elles offrent la possibilité d’effectuer des stages, ils ne sont pas rémunérés. Si les allocations chômage sont faibles, ce type de formation n’est pas forcément idéal.

3.2 Formations en Alternance

L’avantage des formations en alternance est de toucher un salaire pendant que l’on se forme. Il est possible de les suivre avec un contrat d’apprentissage ou avec un contrat de professionnalisation. Le principe de l’alternance est d’alterner entre temps de formation théorique au sein d’un établissement et temps de formation pratique en entreprise.

Différences entre les contrats d’apprentissage et de professionnalisation :

Il s’adresse à des jeunes entre 16 et 29 ans (dérogations possibles pour les travailleurs handicapés ainsi que pour les créateurs ou repreneurs d’entreprise).

Il permet d’obtenir un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

La durée de la formation doit représenter au moins 400 heures en moyenne par année de formation. Le salaire varie de 27 % du Smic (apprenti de 16 à 17 ans) à 100 % du Smic (apprenti de 26 ans et plus).

Le contrat de professionnalisation :

Il concerne les jeunes âgés de 16 à 25 ans, les demandeurs d’emploi de 26 ans et plus, les bénéficiaires de la prime d’activité, de l’allocation spécifique de solidarité (ASS), l’allocation adulte handicapé (AAH) ou d’un contrat unique d’insertion (CUI).

Il permet d’obtenir une qualification enregistrée au RNCP, une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale de branche, ou une qualification permettant d’accéder à un certificat de qualification professionnelle (CQP).

La formation doit représenter 150 heures par an. Le salaire varie selon l’âge et le niveau de formation du salarié : de 55 % du SMIC pour les moins de 21 ans ayant un niveau inférieur au BAC jusqu’à 100 % du SMIC ou 85 % de la rémunération minimale conventionnelle ordinaire pour les plus de 26 ans.

De nombreuses formations peuvent être suivies en alternance. Que ce soit pour le contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, il est possible d’être embauché en CDD ou en CDI.

3.3 Validation des Acquis de l’Expérience

Pour les personnes en reconversion professionnelle, il existe également la VAE : la Validation des Acquis de l’Expérience. C’est un dispositif qui permet d’obtenir une certification (un diplôme, un certificat de qualification professionnelle ou un titre à finalité professionnelle) grâce à son expérience.

Pour en profiter, il faut justifier d’au moins 1 an d’expérience en rapport avec la certification visée. Un dossier est à envoyer à l’organisme certificateur avant de passer un entretien avec un jury.

Il est possible de bénéficier d’un accompagnement pour toutes les étapes du parcours de la VAE : formulation de l’expérience à valider, constitution du dossier et préparation de l’entretien avec le jury. Cet accompagnement n’est pas obligatoire mais recommandé. De plus, il peut être financé par le CPF (Compte Personnel de Formation), l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé), ou encore par le conseil régional.

La validation des acquis de l’expérience s’avère très utile pour accéder à des postes qui nécessitent des diplômes. C’est le cas dans le domaine des services à la personne ou de la coiffure par exemple. Transformer son expérience en diplôme peut aussi mettre son CV plus en valeur auprès d’un recruteur.

Ce qu’il faut retenir :

→ Prendre le temps de se découvrir, de faire le bilan de sa situation et de construire son projet professionnel étape par étape.

→ Ne pas hésiter à se faire accompagner que ce soit par des proches ou des professionnels.

→ Internet est votre ami, c’est une source d’informations incroyable. Restez néanmoins vigilants et critiques.

→ Une reconversion professionnelle ne signifie pas repartir de zéro. On reste fort des expériences que l’on a vécu.

→ Il est toujours possible de se former et d’apprendre peu importe l’âge et la situation d’un individu.

Cập nhật thông tin chi tiết về Comment Trouver Son Identité Profonde ? trên website Duhocbluesky.edu.vn. Hy vọng nội dung bài viết sẽ đáp ứng được nhu cầu của bạn, chúng tôi sẽ thường xuyên cập nhật mới nội dung để bạn nhận được thông tin nhanh chóng và chính xác nhất. Chúc bạn một ngày tốt lành!