Xu Hướng 2/2023 # Ecouter Son Guide Intérieur Pour Prendre Une Décision # Top 8 View | Duhocbluesky.edu.vn

Xu Hướng 2/2023 # Ecouter Son Guide Intérieur Pour Prendre Une Décision # Top 8 View

Bạn đang xem bài viết Ecouter Son Guide Intérieur Pour Prendre Une Décision được cập nhật mới nhất trên website Duhocbluesky.edu.vn. Hy vọng những thông tin mà chúng tôi đã chia sẻ là hữu ích với bạn. Nếu nội dung hay, ý nghĩa bạn hãy chia sẻ với bạn bè của mình và luôn theo dõi, ủng hộ chúng tôi để cập nhật những thông tin mới nhất.

Prendre une décision n’est jamais facile. On se demande toujours si on fait le bon choix. Souvent, on est tiraillé.e entre notre raison – elle-même dirigée par notre ego – les conseils de notre entourage, et nous oublions nos envies.

Or, l’important est de se demander ce qui est bon pour soi, de respecter ses besoins. Lorsqu’on fait un choix, on détermine la personne qu’on est et celle qu’on veut devenir. Aussi, il est primordial de s’écouter pour rester en bonne santé physiquement, émotionnellement et mentalement.

En effet, quand on ne s’écoute pas, on prend le risque de subir le mécontentement de son corps. Le corps est un enfant qui veut de l’attention, il va commencer par remuer, puis faire de plus en plus de bruit, jusqu’à tout casser pour se faire entendre. Aussi, si par exemple on s’obstine dans un travail qui ne nous convient pas, on va commencer par avoir des maux de ventre, de tête, des nausées, des problèmes de peau, puis on risque de tomber vraiment malade ou de se blesser jusqu’à ne plus pouvoir aller travailler!

Pour s’aider à s’écouter et à prendre des décisions qui sont justes pour soi, il existe une méthode en PNL – Programmation Neuro-Linguistique – appelée le pendule intérieur.

Guide intérieur, pendule intérieur, qu’est-ce que c’est?

Écouter son guide intérieur, suivre son pendule intérieur, c’est tout simplement se reconnecter à ses perceptions, et écouter les messages envoyés par notre corps et l’univers pour nous aider à prendre la bonne direction.

Le guide intérieur peut avoir bien d’autres noms, comme l’ange gardien, l’inconscient ou encore l’intuition. Cela se distingue de l’instinct, qui lui est notre côté animal, qui fait tout pour nous préserver des dangers et nous garder en bonne santé.

L’intuition est plus en rapport avec des sentiments, des rêves qu’on fait, des idées qui semblent venir de nulle part, mais aussi tout ce qui se rapporte à la clairvoyance et à la clairaudience. Il peut s’agir de connaissances immédiates qui se distinguent du mental, des idées qui se situent ailleurs que dans notre tête, voire hors de notre corps. Cela peut aussi concerner nos mémoires cellulaires et karmiques, nos expériences passées… Enfin, ces connaissances peuvent provenir de la conscience collective. La conscience collective est une conscience unique dont tous les êtres au monde sont l’expression.

Se relier à son guide intérieur, c’est lâcher prise sur son mental et accepter que son corps sait ce qui est bon pour soi et pour lui. Il n’y a qu’à observer les animaux pour voir qu’ils savent écouter leurs besoins, par exemple lorsqu’ils vont se coucher à des endroits précis dans la nature pour recevoir des soins énergétiques grâce aux courants telluriques.

Vous aussi, vous êtes capables de vous reconnecter à votre pendule intérieur et d’écouter les messages de votre guide. Faire cet exercice pour renouer avec son intuition demande un peu de courage, et permet de se libérer l’esprit en apprenant à se faire confiance.

Comment se connecter à son pendule intérieur?

Cet exercice en trois étapes simples reste déconseillé aux personnes souffrant de troubles de l’équilibre et de l’oreille interne.

Avant de commencer, vous pouvez aller faire du sport, sortir en forêt vous balader, jardiner, méditer ou faire une séance de yoga de manière à chasser les pensées parasites. Soyez averti.e que les perceptions corporelles peuvent être très subtiles.

Se vider l’esprit

Avant tout, commencez par faire le vide dans votre tête. Placez vous debout, les pieds écartés à la largeur de votre bassin, le dos et la tête droite dans le prolongement de la colonne vertébrale. Détendez vos bras le long de votre corps, ouvrez les mains. Fermez ensuite les yeux et prenez trois grandes inspirations pour vous ancrer dans le moment présent. Relâchez peu à peu tous les muscles de votre corps, en ne conservant que la tension nécessaire pour rester debout. Je vous déconseille d’accompagner cet exercice de musique afin de ne pas vous déconcentrer.

    Interroger son corps

    Posez-vous ensuite une question fermée, dans votre tête. Une question fermée est une question à laquelle on peut répondre par oui ou par non. Si vous ne savez pas quoi vous demander, commencez par des questions simples et évidentes: « est-ce que j’ai un chat? », « ai-je pris ma douche ce matin? »…

      S’adresser à son pendule ou son guide intérieur

      Il est possible que la réponse n’apparaisse pas immédiatement. C’est tout à fait normal. Je vous conseille alors de vous entraîner en reproduisant cette exercice tous les jours jusqu’à ce que la réponse vous parvienne. Dans tous les cas, ne cherchez pas à forcer les choses, ni à induire la réponse qui viendra à vous au bon moment, lorsque vous serez prêt.e.

      Pour vous aider à vous connecter à votre guide intérieur et à l’utiliser dès que vous en avez besoin dans votre vie, je vous propose de vous accompagner au travers de la sophrologie, de l’énergétique et de l’hypnose ericksonienne. Je reste à votre disposition pour toutes vos questions et pour prendre rendez-vous.

      Partager :

      Twitter

      Facebook

      Pinterest

      LinkedIn

      Comment Se Reconnecter À Notre Guide Intérieur ?

      © iStock

      Il veille, somnole ou dort à poings fermés. Mais il est bien là, ce guide intérieur, prêt à se faire entendre. Pour Arnaud Riou, coach et chaman, il ne tient qu’à nous de le ranimer pour bénéficier de ses précieux conseils.

      Pour Arnaud Riou, coach et chaman, cela ne fait aucun doute : nous abritons « un maître intérieur qui sait ce qui est bon pour nous, alimentation, travail, choix amoureux, mode de vie… ». Et si nous avons besoin de nous connecter à lui, c’est parce qu’il « nous permet de nous mettre en état de cohérence, de réaliser un alignement cœur-corps-esprit. Il nous aide à gagner en liberté et en cohérence, ce qui va progressivement nous apaiser et nous inspirer ». Il s’agira donc, dans un premier temps, d’entrer en contact avec lui, puis de se mettre en état d’accueil pour recevoir ses messages.

      En préambule

      Savoir distinguer la voix du sage de celle de l’enfant

      « Attention, notre sage intérieur n’est pas tout seul ; nous abritons aussi le moi enfant ou notre enfant intérieur, qui est généralement un enfant blessé et fait souvent obstacle aux messages du maître intérieur », rappelle Arnaud Riou. Le plus difficile est de distinguer leurs voix. Vous avez une décision à prendre ? Commencez par recueillir, sans juger ni censurer, tout ce qui monte en vous : arguments, images, souvenirs, avertissements, encouragements… Et laissez reposer cette « pâte ». Une fois l’esprit calme, vous ferez aisément la différence entre un discours d’adulte et un plaidoyer d’enfant. Le premier génère et renforce une intuition, en nous donnant le sentiment de nous déployer (ce qui n’exclut pas  l’anxiété ou même l’angoisse à l’idée de prendre une décision) ; tandis que le second, qui résonne comme une vieille rengaine, un morceau trop souvent écouté, donne le sentiment d’être rétréci, figé dans notre vie.

      Faire confiance aux messages

      Une fois que vous avez obtenu une réponse, encore faut-il vous faire confiance pour passer à l’étape « action ». Pour Arnaud Riou, il est essentiel de donner au sage les moyens d’agir. « Je constate très souvent que les gens disent : “Oui, je sais”, mais ça s’arrête là. Or savoir n’est rien si l’on n’agit pas. Pour vivre sa vie, pour se réaliser, il faut mettre en actes ce que l’on sait être juste et bon pour soi. » C’est la condition sine qua non pour ne pas passer à côté de sa vie.

      En pratique

      1 Prendre une décision

      Y aller ou pas ? Dire oui ou non ? Tout changer ou aménager ? Selon Arnaud Riou, nous gagnerions du temps si nous écoutions plus souvent les messages que nous envoie notre corps au moment de trancher, de faire un choix. Il est possible de s’entraîner à les capter et à les décoder.

      Prenez une décision mineure, dictée par votre intuition, puis portez votre attention sur vos réactions corporelles : détente, excitation, élan, impression d’ouverture, d’expansion, de calme, ou, au contraire, crispations, tensions, contractions, impression de fermeture et de brouhaha intérieur.

      Plus vous vous entraînerez et mieux vous décrypterez les messages corporels qui correspondent à votre désir profond.

      Il s’agit ensuite de prêter l’oreille aux synchronicités – à tous ces hasards qui semblent autant de réponses à votre question – et de les noter.

      Une fois tous ces indices recueillis, Arnaud Riou conseille de pratiquer une méditation – avant le coucher – de quelques minutes sur tout ce que vous avez récolté, puis d’attendre la réponse dans votre corps. Le sage peut aussi se manifester dans un rêve au cours de la nuit.

      2 Dénouer un conflit

      « Un conflit extérieur est toujours l’occasion de voir ce qui fait conflit en soi. C’est donc l’opportunité de mieux se connaître, de mieux se comprendre. » Aussi, pour entendre la voix du sage intérieur quand le tonnerre gronde à l’extérieur, faut-il d’abord plonger en soi.

      Qu’est-ce qui m’est insupportable dans ce que dit l’autre, dans son comportement, dans sa façon de s’exprimer ? Où suis-je exactement touché ? Ces questions permettent d’abord de faire baisser la pression contre l’autre, comme c’est le cas chaque fois que l’on s’interroge sur soi et que l’on se concentre sur ses propres besoins. « Souvent, on ne veut pas lâcher car on est blessé : on réagit à une agression contre une partie déjà meurtrie de soi. C’est donc l’enfant blessé qui se défend. C’est lui qu’il faut reconnaître avant d’écouter la voix du sage. » Celle-là même qui nous dit que nous ferions mieux de prendre soin de nous-mêmes et de nos blessures.

      En suivant ce chemin, étape par étape, c’est, in fine, le sage que nous allons pouvoir écouter lorsqu’il nous propose des chemins et des pratiques de guérison.

      3 Se faire une opinion sur quelqu’un

      L’enfant blessé en nous peut rejeter à tort celui qui l’intimide, lui fait de l’ombre, le frustre ou le contredit, mais il peut aussi rejeter celui qu’il reconnaît comme toxique pour lui : un manipulateur, un dominateur, un séducteur. Une antipathie et une sympathie sont donc à interroger par le prisme du passé : à qui, dans mon passé, dans mon histoire, cette personne me fait-elle penser ? À quels souvenirs, émotions, sentiments est-ce que je l’associe ?

      Une fois la mise en perspective établie, le sage pourra se faire entendre sous la forme de votre petite voix intérieure, et répondre sans ambiguïté à vos questions : cette personne mérite-t-elle ma confiance ? Est-ce que je la trouve sympathique uniquement parce qu’elle me renvoie une bonne image de moi ? Est-ce que je la rejette parce qu’elle a quelque chose que j’aimerais avoir ? Etc.

      4 Renforcer la confiance en soi

      Si elle manque, c’est parce que l’enfant en nous continue à appeler à l’aide, persuadé qu’il n’y arrivera pas tout seul. Seul le sage peut le faire changer d’avis. À nous de répéter en son nom : « Je suis capable. Je suis digne. Je mérite. »

      Ces trois phrases en forme de mantra, répétées régulièrement, surtout dans les moments de doute, aident à passer à l’acte, et permettent au corps de faire l’expérience de l’audace et du courage. Peu importe le résultat. La victoire est dans le fait d’oser, de sortir de la prison de l’autodévalorisation.

      5 Mettre plus de bonheur dans sa vie

      L’enfant en nous veut toujours plus. D’écoute, de jouets, d’attention, de chance, de confort. Le sage en nous ne veut pas plus, il se réjouit de ce qui est là. De ce que qui a déjà été reçu des autres, de la vie, de soi-même. Ce n’est pas qu’il manque d’ambition ou qu’il soit négligent, il est simplement conscient que le bonheur et la joie se tiennent dans la gratitude, dans la perfection de l’instant présent, dans tout ce qui nous fait nous sentir plus vivant. Seul ou avec les autres.

      Vous l’avez compris, le plus sûr moyen d’être heureux consiste donc à rendre grâce pour ce que nous possédons.

      Pour aller plus loin 

      Développer son pouvoir personnel. Tel est l’objectif du chamanisme 2.0 tel que le définit, Arnaud Riou, spécialisé en développement personnel et auteur de Réveillez le chaman qui est en vous. Les trois exercices suivants permettent de s’alléger des poids inutiles afin que l’énergie vitale, puisse à nouveau circuler librement dans notre corps et dans notre esprit.

      L’Écoute De Son Monde Intérieur

      L’ÉCOUTE DE SON MONDE INTÉRIEUR

      LE MONDE INTÉRIEUR

      LE DIALOGUE AVEC L’INCONSCIENT Pour connaître notre monde intérieur, nous avons besoin de dialoguer avec une partie de nous appelée «l’inconscient personnel »L’inconscient personnel est un réservoir qui contient beaucoup d’informations. Il s’y trouve des mémoires que nous avons refoulées, des émotions que nous avons jugées (ou niées.) Cet inconscient qui est très vaste contient aussi une sagesse profonde, une dimension de nous « qui sait ». Maints d’entre nous vivons coupés de notre inconscient, néanmoins ses messages se font entendre à travers les rêves que nous vivons la nuit, par les synchronicités journalières et directement au niveau du corps, par les symptômes. La rupture avec le monde de l’inconscient donne l’impression d’être séparés de soi, de perdre le sens profond de la vie.Retrouver le dialogue avec son inconscient permet de rétablir le lien d’amour avec soi même et de se nourrir à une source intarissable de connaissances et de sagesse.

      LES IMAGES QUI GUÉRISSENTNotre inconscient communique avec nous à travers les symboles, les images, les perceptions et les sensations vécues dans notre corps physique et notre psyché.Dans notre vie, nous sommes souvent face à des répétitions d’expériences qui éveillent en nous une souffrance et des mécanismes de protections. Pour y faire face, nous avons tendance à nous réfugier dans notre mental, nous analysons, nous cherchons inlassablement dans notre passé les causes de ces chúng tôi oublions qu’en nous réside la solution. À partir du problème rencontré, nous pouvons écouter notre inconscient, ce que révèle notre monde intérieur et dialoguer avec lui.Lorsque nous sommes face à des blocages extérieurs et des répétitions, ceci est souvent le reflet d’enfermements intérieurs.Des enfermements qui sont nourris par des images, des scénarios qui tournent en boucle et qui nous empêchent de transformer ce que nous vivons.

      Notre inconscient communique avec nous à travers les symboles, les images, les perceptions et les sensations vécues dans notre corps physique et notre psyché.Dans notre vie, nous sommes souvent face à des répétitions d’expériences qui éveillent en nous une souffrance et des mécanismes de protections. Pour y faire face, nous avons tendance à nous réfugier dans notre mental, nous analysons, nous cherchons inlassablement dans notre passé les causes de ces chúng tôi oublions qu’en nous réside la solution. À partir du problème rencontré, nous pouvons écouter notre inconscient, ce que révèle notre monde intérieur et dialoguer avec lui.Lorsque nous sommes face à des blocages extérieurs et des répétitions, ceci est souvent le reflet d’enfermements intérieurs.Des enfermements qui sont nourris par des images, des scénarios qui tournent en boucle et qui nous empêchent de transformer ce que nous vivons.

      Il est possible d’agir sur notre monde intérieur, en restant à l’écoute de soi. Cette écoute nous permet d’une part, de percevoir ces images d’enfermement et d’autre part de contacter une profonde sagesse, là nous découvrons des pistes et des solutions qui nous aident à nous libérer de nos difficultés.

      Ces images qui viennent de nos profondeur peuvent parfois sembler incompréhensibles à notre cerveau logique et pourtant… à travers ces images le monde intérieur dévoile aussi des solutions, ce sont des images qui guérissent.

      Elles sont le chemin de l’authenticité.

      LE CHEMIN DE L’INDIVIDUATIONLe chemin de l’individuation est une voie qui ressemble à la danse du funambule sur son fil. Nous nous retrouvons sur ce chemin lorsque nous quittons les sentiers connus, les voies programmées par l’influence de nos parents, par les blessures vécues dans notre enfance, lorsqu’enfin nous osons être nous-mêmes.Vivre l’expérience consciente d’être en présence de soi et des autres sans constamment subir la vie. L’individuation est une voie d’affirmation de soi, en connaissance de soi et des autres dans le discernement quotidien à savoir de ce qui est le plus important pour notre équilibre, notre mieux être et notre capacité de vivre notre vie en partageant qui nous sommes.

      Travail Du Miroir Ou Comment Entrer En Contact Avec Son Moi Intérieur

      Le travail du miroir est étrangement confrontant, intimidant indéniablement, un peu embarrassant… mais aussi profondément curatif.

      Parmi toutes les pratiques de travail internes à notre disposition au 21e siècle, le travail du miroir est l’une des plus simples et des plus puissantes.

      Non, vous n’êtes pas obligé de dépenser de l’argent avec des tonnes d’attirail spirituel ou d’auto-assistance (dieu merci) – tout ce dont vous avez besoin pour faire un travail du miroir est un miroir – c’est tout ! Et presque tout le monde en possède un.

      Si vous cherchez un nouvel outil psychologique ou spirituel à ajouter à votre répertoire, ne cherchez pas plus loin que votre miroir de salle de bain.

       

      Qu’est-ce que le travail du miroir ?

      Le travail du miroir était une méthode développée à l’origine par la professeure inspirée Louise Hay comme moyen d’entrer en contact avec le moi intérieur. L’objectif principal du travail du miroir est de développer l’amour de soi , les soins personnels et une relation plus significative avec les autres. En regardant simplement dans le miroir pendant un certain temps chaque jour et en vous parlant doucement, vous pouvez créer un lien plus compatissant et plus indulgent avec vous-même.

       

      Je me sens mal à l’aise devant le miroir – Pourquoi ?

      J’ai un challenge pour vous :

      Allez vous placez devant le miroir  de votre maison pendant cinq minutes (assis ou debout). Il suffit de vous regarder vous-même et de garder un contact visuel. C’est tout ce que vous avez à faire.

      Si vous êtes comme la plupart des gens, vous vous sentirez mal à l’aise. Vous pouvez vous sentir gêné, instable, embarrassé, émotif ou ressentir des sentiments tels que le dégoût de soi et la critique.

      Pourquoi cela arrive-t-il ?

      Comme Louise Hay écrit dans son livre le travail du miroir :

      Le miroir vous renvoie les sentiments que vous ressentez envers vous-même. Cela vous permet de savoir immédiatement où vous résistez et où vous êtes ouvert et fluide. Cela vous indique clairement quelles pensées vous devrez changer si vous voulez avoir une vie joyeuse et épanouissante.

      En d’autres termes, devant le miroir, il n’y a pas de cachette. Devant le miroir, nous entrevoyons un aperçu intime (et parfois douloureux) de la relation que nous entretenons avec nous-mêmes.

      Le travail du miroir peut nous mettre mal à l’aise au début, car il expose notre critique intérieur à la lumière du jour. Tout à coup, tout ce que nous ressentons à propos de nous-mêmes et dont nous pourrions ne pas être conscients, apparaît à la surface. Et si vous n’avez pas développé une relation de compassion avec vous-même, vous pourriez être enclin à croire toute la méchanceté chuchotée par votre critique intérieur.

       

      Travail du miroir et reconnexion avec l’enfant intérieur

       

      Une autre raison pour laquelle le travail du miroir peut nous mettre mal à l’aise est qu’il expose les parties vulnérables de notre être intérieur. Plus particulièrement, le travail du miroir peut nous mettre face à face avec l’enfant en nous.

      Nous possédons tous un enfant intérieur – c’est l’un des nombreux archétypes (ou formes d’énergie) qui composent nos structures de personnalité.

      Lorsque vous regardez dans le miroir, il n’est pas rare de sentir des vagues de tristesse vous envahir. Je sais que lorsque j’ai vécu ce découragement, cela vient de mon enfant intérieur qui plaide pour mon attention.

      Mais même si se regarder dans le miroir peut parfois être bouleversant, ces sentiments laissent présager un travail en profondeur. Vous regarder dans le miroir et réconforter votre enfant intérieur peut être une pratique extrêmement curative et une forme de travail intérieur . Plus vous vous sentez émotif, plus la transformation et la purge émotionnelles se produisent.

       

      Le miroir fonctionne comme un portail dans votre âme

      Comme le dit le vieil adage, les yeux sont les miroirs de l’âme, et le travail du miroir vous donne un accès direct à cette partie la plus profonde de vous. Mais d’abord, le travail intérieur doit arriver.

      La connexion avec votre âme ne se produit pas toujours immédiatement lors du travail du miroir – même si cela est possible. En règle générale, vous devrez surmonter vos insécurités et vos ressentiments personnels en pratiquant l’amour de soi avant de pouvoir ressentir et ressentir l’émergence de votre présence intérieure la plus profonde.

      Je ne peux pas répondre à cette question pour tout le monde. Mais pour moi, la présence de mon âme apparaît lorsque mon visage se ramollit, mes yeux se réchauffent et deviennent plus compatissants, un léger sourire entre sur mon visage et une forme d’énergie plus légère remplit mon corps. Se sentir tiré vers l’intérieur est aussi un autre signe.

      Aussi magique ou mystique que cela puisse paraître, utiliser le travail du miroir comme un portail vers votre âme est en fait assez naturel. Cela n’a rien de fantasmagorique – c’est comme si on retournait chez soi dans la partie la plus vraie, la plus entière et la plus sage de soi.

       

      Comment pratiquer le travail du miroir (Guide étape par étape)

       

      Il n’existe aucune méthode officielle de travail du miroir – bien que vous puissiez essayer la pratique de 21 jours* développée par Louise Hay dans son livre .

      Personnellement, je préfère adapter le travail du miroir à moi-même et à mes propres besoins. Voici quelques principes de base du travail du miroir que vous voudrez peut-être garder à l’esprit si vous souhaitez créer votre propre pratique :

      Utilisez des affirmations qui vous semblent authentiques (je l’expliquerai plus en détail ci-dessous)

      Consacrez-y au moins cinq minutes chaque jour

      Faites un travail du miroir en privé pour ne pas être dérangé

      C’est bien de ressentir de l’émotion – laissez-vous sentir ce qui vous arrive

      Tenez un journal dans lequel vous enregistrerez toute expérience notable (je l’expliquerai plus en détail ci-dessous)

      Cela dit, voici un guide simple, étape par étape, sur le travail du miroir que vous pouvez utiliser et adapter à vos propres besoins :

       

      1. Engagez-vous

      Le travail du miroir crée les changements les plus profonds lorsqu’il est effectué de manière cohérente sur une longue période. Je recommande de consacrer un minimum de cinq minutes par jour, dix minutes ou plus étant l’idéal.

       

      2. Pensez au meilleur moment de la journée

      Le travail du miroir est flexible et peut contourner votre emploi du temps. La plupart des gens aiment faire le travail du miroir tôt le matin et tard le soir avant d’aller se coucher. Vous pouvez également effectuer un travail du miroir pendant la journée lorsque vous passez devant des miroirs. S’il n’y a pas de miroirs sur votre lieu de travail, vous pouvez toujours utiliser l’option selfie sur votre téléphone (lorsque vous tournez l’appareil photo vers vous-même). Vous pouvez trouver un endroit privé (dans les toilettes, par exemple) pour faire cet exercice au travail.

       

      3. Choisissez ou créez votre propre affirmation

      Pourquoi utiliser des affirmations toutes faites ? Vous pourriez réfléchir pour inventer les vôtres. Les affirmations contrent le discours intérieur négatif qui nous traverse la tête – elles aident également à reprogrammer nos esprits. Lorsque nous utilisons des affirmations, nous affirmons quelque chose que nous aimons chez nous ou quelque chose de positif que nous souhaitons nous donner.

      Vous voudrez peut-être créer votre propre affirmation spontanément en vous basant sur ce que vous ressentez lorsque vous vous regardez dans le miroir. Par exemple, si vous vous sentez laide à ce moment-là, vous pouvez vous affirmer: «J’ai un cœur et une âme magnifiques» ou tout ce qui vous semble le plus authentique. Si vous vous sentez mal à l’aise en votre propre présence, vous pouvez affirmer : “C’est bien de se sentir mal à l’aise, je m’accepte comme je suis.”

      Alternativement, vous pouvez choisir parmi une liste d’affirmations et expérimenter en utilisant une affirmation par jour (ou une par semaine). Voici quelques exemples :

      J’apprends à t’aimer

      Je suis disposé à prendre soin de toi

      Je suis digne d’amour

      j’en ai assez

      Je suis exactement qui j’ai besoin d’être en ce moment

      C’est bien pour moi d’avoir peur

      C’est bien pour moi d’être triste

      Je peux me sentir mal à l’aise

      J’aime combien mon corps est unique

      Je suis beau

      Je suis entier

      J’embrasse mes peurs avec amour

      Je suis féroce et fort

      J’ai confiance en ma sagesse naturelle

      Je suis ouvert et réceptif

      je crois en moi

      Il y a des milliers d’affirmations – alors c’est juste un petit échantillon.

      Note sur les affirmations:

      Si vous créez vos propres affirmations, assurez-vous de les formuler de manière positive. De nombreux praticiens qui travaillent avec des affirmations (comme ceux qui étudient la PNL) affirment que l’inconscient ne comprend pas les aspects négatifs et traduira à l’envers toute affirmation exprimée de manière négative. Par exemple, au lieu de dire «je ne suis pas sans valeur, je suis digne», dites : «Je suis digne». Ou au lieu de dire : «Je ne serai pas méchant avec moi-même», dites : “Je me traite avec gentillesse.”

      En outre, le but des affirmations n’est pas de donner du sucre à ce que vous ressentez. Si vous ne pouvez vraiment pas vous dire dans le miroir «Je t’aime», alors ne le faites pas ! Le but n’est pas d’être hypocrite, l’objectif est de vous offrir un amour sincère. Si une affirmation telle que «Je t’aime et que je t’accepte» vous semble trop difficile, concentrez-vous sur une affirmation plus modérée, telle que «J’apprends à t’aimer et à t’accepter» ou «Je veux t’aimer et t’accepter davantage».

       

      4. Répétez votre affirmation (avec sentiment)

      Que ce soit à haute voix ou dans votre tête, répétez votre affirmation au moins dix fois. Louise Hay recommande au moins 100 fois – mais cela peut sembler accablant au début. Certes, plus vous répétez votre affirmation avec sincérité, plus son impact sera profond. Donc, essayez de définir un nombre réaliste et respectez-le. Vous pouvez toujours augmenter le nombre de fois que vous dites votre affirmation en regardant dans le miroir à mesure que vous progressez dans votre pratique.

      Lorsque vous dites votre affirmation, il est important de vous regarder directement dans les yeux. Vous pouvez également utiliser votre propre nom car cela envoie un message puissant à votre inconscient. Par exemple, vous voudrez peut-être dire : «J’apprécie ta sollicitude [insérez votre nom ici]», «Je t’aime [insérez votre nom ici]».

       

      5. Embrasser les émotions qui surviennent

      C’est normal et ok de se sentir contrarié. Si vous ressentez le besoin de pleurer, laissez-vous – vous libérez d’anciennes façons d’être, et c’est un travail puissant ! Vous voudrez peut-être aussi vous faire un câlin, qui est aussi merveilleusement thérapeutique. Il est probable que vous éprouverez des émotions à un moment donné, car la vieille douleur figée en vous, qui s’est accumulée au fil des ans, bouillonne à la surface. Parfois, les émotions ressenties lors du travail en miroir proviennent de l’enfance, en particulier si elles sont intenses. Si tel est le cas, rassurez votre enfant intérieur en le reconnaissant lorsque vous regardez le miroir. Vous voudrez peut-être prononcer des mots tels que «ça va, je te vois, je comprends», «je suis là pour toi», «j’aime ta bravoure [insérer le nom]», etc.

      Remarque à propos des hommes effectuant un travail en miroir :

      Sentir et exprimer ses émotions sera probablement plus difficile pour les hommes que pour les femmes. Pourquoi ? Les hommes sont conditionnés à percevoir le fait d’être stoïque comme une véritable mesure de la virilité – mais la vérité est que «stoïque» n’est qu’un autre mot pour émotionnellement distancié et refoulé . Il n’y a rien de courageux à éviter les émotions. Si vous êtes un homme, vous aurez besoin de plus de sécurité et de compassion à cette étape du travail. Ayez des affirmations profondes sous la main et la volonté de voir votre ouverture émotionnelle comme une véritable force.

       

      6. Enregistrez vos découvertes

      Lors de votre travail sur les miroirs, il est important de tenir un journal. Vous n’avez pas besoin d’écrire de longs paragraphes sur vos expériences si cela ne vous convient pas – écrivez simplement une phrase ou deux. Notez ce que vous ressentez (même si cela signifie exprimer à quel point vous vous sentez stupide) et ce qui a été dit. Vous n’avez pas besoin de tenir un journal de travail miroir tous les jours, mais assurez-vous de noter toutes vos expériences marquantes. Toute nouvelle émotion, pensée, découverte ou percée doit être enregistrée. En tenant un journal, vous pourrez suivre votre évolution et vos progrès.

      ***

      Le travail en miroir est d’une simplicité trompeuse, mais extrêmement stimulant. Tant de travail de guérison peut être accompli en se regardant simplement dans le miroir et en exprimant des affirmations pleines d’amour pour soi.

      L’un des avantages les plus étonnants du travail du miroir est son impact sur vos relations. En apprenant à mieux vous aimer , la vie devient plus harmonieuse et vos relations avec les autres peuvent s’améliorer considérablement. Il est vrai que l’amour de soi équivaut à l’amour des autres. Mais vous n’avez pas besoin de me croire – essayez le travail du miroir vous-même !

      Si vous avez utilisé cet outil fascinant ou si vous êtes un ardent défenseur, partagez avec moi vos expériences. Quelle partie du travail du miroir est la plus difficile pour vous ? Comment surmontez-vous ces difficultés ?

      Source : chúng tôi

       

      Je vous souhaite tout le bonheur du monde

       

       

      Pour aller plus loin* :

      (*) liens d’affiliation

       

      Autres articles :

      Magique Lune, enfin toutes les informations réunies dans un seul livre

      Clairvoyance : possédez-vous ce précieux cadeau ?

      Horoscope de Septembre 2019

      La pierre de gratitude

      Les formations pour aller plus loin

      Cập nhật thông tin chi tiết về Ecouter Son Guide Intérieur Pour Prendre Une Décision trên website Duhocbluesky.edu.vn. Hy vọng nội dung bài viết sẽ đáp ứng được nhu cầu của bạn, chúng tôi sẽ thường xuyên cập nhật mới nội dung để bạn nhận được thông tin nhanh chóng và chính xác nhất. Chúc bạn một ngày tốt lành!